Jean-Marie Baumier

Potentiels

Formation et Conseil en Génodique
Accueil Accueil Genodique Genodique Potentiels Potentiels Sujet / Objet Sujet / Objet Protéodies Protéodies Prestations Prestations Formations Formations Contact Contact © Jean-Marie Baumier 2017
Made with MAGIX

La Génodique présente un intérêt potentiel dans divers domaines :

la recherche en biologie, médecine, pharmacie, l’agro-alimentaire et l’industrie elle-même.  La thérapie : mobilisation des ressources d’auto-guérison de l’être, inhibition ou aide au  diagnostic des virus et bactéries, … .  Le sport : optimisation des guérisons après blessures ainsi que de la récupération après l’effort.  En outre, meilleure compréhension de l’utilisateur de ses propres potentiels.  L’agriculture : lutte contre les maladies, meilleure adaptation à la sècheresse.  L’élevage : prévention et lutte contre les maladies, les stress divers liés aux transports et à  l’environnement.  La musique : relecture des oeuvres musicales, mise en lien de l’inspiration au regard des  molécules possiblement impliquées. D’ores et déjà, des formation à l’utilisation individuelle des protéodies sont disponibles et des  applications spécifiques peuvent être proposées au cas par cas pour répondre à des problématiques  particulières (voir : Jean-Marie Baumier, jm@baumier.net ).

La recherche en Génodique et ses applications :

L’utilisation des protéodies à usage humain est un processus mis  en place par des scientifiques, et est encore en phase de  recherche et développement. L’influence des protéodies sur la  vie cellulaire a été prouvée scientifiquement - un jugement de la  Chambre de Recours de l’Office Européen des Brevets a reconnu  ‘la relation causale’ entre la diffusion d’une protéodie et l’action  spécifique sur la synthèse de la protéine correspondante comme  ‘établie et démontrée sans ambiguïté.   Voir les documents sur : http://www.epo.org/law-practice/case-law-appeals/recent/t030550fu1.html  La génodique est ainsi un vaste terrain de recherche, et des applications pratiques ont été réalisées  ou sont en cours de développement :  Culture de plants de tomate en milieu aride en Afrique   Amélioration des qualités gustatives et de conservation (tomates, melons, avocats)   Résorption d’infections virales (mosaïque, PVX) sur des cultures potagères   Résorption d’une maladie parasitaire de la vigne (esca)   Activation de la fermentation des pâtons dans la fabrication du pain et régulation de l’acidité   Stimulation de la photosynthèse d’algues bleues, avec fixation de gaz à effet de serre (CO2)   Action stimulatrice sur la luminescence bactérienne (in vitro)   Modulation spécifique du taux d’interleukine 2 dans des cellules leucémiques en culture in vitro   Applications vétérinaires (chiens, chats), élevage bovin (production de lait), élevage du ver à  soie Thérapie par écoute de protéodies en hôpital à Tokyo (université Joshi-Idaï, Shinjuku)   Prédiction des fonctions de protéines par comparaison de leurs séquences génodiques   Analyse génodique des sources moléculaires de l’inspiration musicale, donnant en retour des  indications sémantiques pour le décodage des protéines correspondantes     Les recherches menées par des génodiciens en France se centrent en particulier sur le résultat des  écoutes de protéodies :   Recherche des protéines susceptibles d’être en jeu dans une situation donnée. Outils de  recherche : publications et banques de données accessibles sur Internet.   Sélection de la (ou des) protéine(s), et relevé de sa composition (enchaînement des acides  aminés).   Traduction des acides aminés en notes   Analyse (incluant l’usage des codons de l’ADN) pour trouver timbres, rythmes et tempo justes   Prédiction des effets secondaires possibles par recherche d’homologies avec les séquences  issues de bases de données   Décodage proprement dit à l’aide d’un clavier muni d’une touche « one key play »   Copie sur un support audio Documentation de la protéodie     Actuellement, plus de 3000 protéodies ont été décodées en 30 ans par Joël Sternheimer,  correspondant à la stimulation ou l’inhibition de protéines. Au vu de la connaissance que l’on a  aujourd’hui, le génome humain contient quelque 25 000 gènes, soit plus encore de protéines, sans  compter les virus, les bactéries, l’ensemble des règnes animal et végétal, avec lesquels un dialogue  s’établit ainsi... Le travail se poursuit donc vers le développement de nouveaux décodages, ainsi que  la documentation des effets des protéodies. 
SIRET : 51803481400021
plus d'infos  plus d'infos Potentiels Potentiels